KARIM

JULIEN COURBEY

Dans les annees 50, sa gouaille, son aplomb, sa diction si particuliere l'auraient classe dans la categorie des poulbots, des gamins de Paris dont le langage fleuri, l'abattage et le culot inspiraient un Audiard ou un Jeanson. Cet amateur de jazz, batteur et percussionniste à ses heures a su trouver le bon tempo pour faire de son phrase et de son physique d'eternel ado deux atouts qui accompagnent un dejà riche parcours. Julien Courbey débute sur le grand écran en 1991 dans Triplex de Georges Lautner, avant de rejoindre les rangs de la série télévisée Seconde B. Après une apparition dans A cause d'elle (1995), le jeune acteur côtoie Gérard Depardieu et Christian Clavier dans Les Anges gardiens de Jean-Marie Poiré, puis intègre le prestigieux casting de Hommes, femmes : mode d'emploi de Claude Lelouch un an plus tard. Alternant comédie et drame, ce drôle d'individu, habitué aux rôles de bon copain banlieusard, participe à l'enquête de K (1997) d'Alexandre Arcady, avant de partager aux côtés de Stéphane Soo Mongo et Jamel Debbouze l'affiche du Ciel, les oiseaux et... ta mère ! (1999), le premier long métrage de son ami Djamel Bensalah; comedie urbaine, au succes aussi surprise que phenomene, qui le révélera au grand public. Un univers de banlieue qu'il retrouvera dans Old School (2000). Balladant "son physique atypique, sa tête de fou et ses oreilles décollées" (dixit Djamel Bensalah) dans Gamer (2001), Chouchou (2003) et Alive (2004), Julien Courbey trouve ses plus grands rôles sous la direction de ce cinéaste qui l'envoie en Raid (2002) ou en fait le premier passager clandestin de l'Algérie dans Il était une fois dans l'Oued (2005).